Home»Art»Photo : l’humanité n’est plus alignée avec les lois universelles et de la nature

Photo : l’humanité n’est plus alignée avec les lois universelles et de la nature

2
Shares
Pinterest Google+

Découverte à la foire d’art contemporain Vivart, à Paris, Philippine de Joussineau est une artiste photographe autodidacte et engagée. Née en 1990, diplômée d’école de commerce, elle décide en 2018 de se consacrer pleinement à la photographie. Débutent alors un long travail introspectif et de nombreux questionnements sur la raison d’être de l’humanité et le paradigme dans lequel notre société nous façonne. Philippine découvre alors de nouveaux horizons de connaissances, qui vont l’amener à s’intéresser à la science et à la spiritualité, aux recherches sur la conscience, à la vie, à la mort, et aux rapports du monde visible et invisible.

Philippine combine art et activisme. L’humanité n’est plus alignée avec les lois universelles et de la nature. Elle constate que la perte de sens et la désorientation sont choses fréquentes dans nos vies. Ce phénomène serait dû à la dégradation de la conscience de notre nature énergétique, de notre appartenance à l’Univers, de notre connexion à notre part divine, et au final du sentiment d’être vivant. Alors l’illusion et l’ignorance dominent, déposant un voile opaque sur notre connaissance.

L’intention artistique de Philippine est de pousser les frontières de notre conditionnement culturel afin de faire évoluer les consciences et le rapport que nous entretenons avec la vie. Elle imagine de nouveaux environnements façonnés par l’énergie, le sensible et l’invisible, afin de remettre en question notre compréhension de la réalité. Dans son travail photographique, Philippine s’inspire beaucoup du concept de symbiocène : l’idée d’une nouvelle ère humaine, fondée sur la relation authentique à la vie et aux processus vivants.

La jeune photographe s’intéresse à l’énergie Féminine et à la nécessité du rééquilibrage avec le Masculin, pour ranimer notre biophilie en poussant l’humanité à se rapprocher de ses origines naturelles. L’intimité des rencontres avec les modèles et la manière dont elle va représenter leurs énergies sont très importantes à ses yeux. Elle traite son processus photographique comme s’il s’agissait d’une aventure méditative de reconnexion à soi. Philippine accompagne donc les sujets à se mettre à nu et tente de faire tomber les masques, avoir une représentation la plus pure possible, sans artifice ni contrôle. Ses portraits sont des passeurs de conscience, ils ont vocation à transmettre une énergie divine pour permettre au public de voir au-delà.

Philippine utilise la photographie argentique, numérique, ainsi que des procédés de tirages alternatifs et anciens, tel que le cyanotype, l’anthotype, le gélatino-bromure d’argent et le polaroid lift. Le dessin, le collage ou encore la vidéo sont également des terrains d’expérimentation qu’elle explore. La recherche, tant au niveau de la prise de vue que du support final est un point essentiel de sa pratique, c’est pourquoi elle est sans cesse à l’affût de nouvelles techniques.

www.philippinedejoussineau.com
Instagram  : philippine_dejoussineau

Previous post

Hong Kong invite les voyageurs du monde à (re)découvrir Hong Kong Wine & Dine Festival

Next post

Paris Photo, Paris confirme sa place dans l'Art !